Mon travail traite du statut des images et du regard, de l’impermanence des êtres et des choses, de la question du temps.

Mes sujets d’inspiration actuels sont le paysage, la question de la frontière et la place de l'homme au sein du vivant. Je suis également travaillée par la question de l'absence et du manque. Et puis des récits ou fictions peuvent aussi m’inspirer un travail graphique en dialogue avec le texte.

Ma pratique s’inspire du land art, tout en se situant dans le champ de l’art relationnel, dans le sens où je m’attache à intégrer la relation à l’autre dans le processus créatif ou la matérialité même des créations. Je suis influencée par l'art conceptuel, mais mon point de départ relève de la sensibilité.

Urbaniste et paysagiste de formation, je pars parfois des outils traditionnels d’analyse et de représentation des espaces : photographie, dessin, calque, plan, carte, perspective, coupe, etc. Et puis je bricole, je superpose, mélange, je me laisse conduire par des matériaux et des trouvailles, pour tenter de saisir les formes en état d’instabilité.

Regarder, c’est une expérience physique constamment renouvelée, faite de permanences et de ruptures. Regarder, c’est aussi activer une multitude de souvenirs intimes, car l’œil charrie son lot de mémoire, parfois même collective.

J’utilise des matériaux réfléchissants (cuivre, miroirs, etc.) et transparents (calques, plexiglas, etc.). Certains sont conducteurs ; tous démultiplient les ombres et reflets et changent avec leur environnement, la lumière et en fonction des mouvements de celui qui les regarde.

Installés en strates, ces matériaux jouent et entrent en dialogue les uns avec les autres, parfois sur le mode du paradoxe ou de l’effacement/substitution (on voit l’un ou l’autre des motifs) ; ils s’effacent partiellement et laissent toujours voir, sentir ou deviner la présence de l’autre. Rien ne disparaît jamais vraiment, rien n’apparait très clairement.

Ces matériaux et dispositifs m’évoquent l’impermanence, l’éphémère et le mémorisé, le mouvement et la transformation continus.

Ainsi, j’essaie d’instaurer un jeu d’aller-retour entre le visible et l’invisible, de proposer un jeu de mémoire rétinien, de mettre en scène l’indéterminé, le flou, l’informe et l’incertain, de solliciter l’imaginaire, agrandir la niche intérieure, installer un climat de doute et d’hésitation généralisée.

 

Formation

ABA (Atelier des Beaux Arts) de la Ville de Paris

Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles

Sciences Po Paris

Expositions

2019

Lil'Art, Théatre du Garde Chasse, Les Lilas

Lignes de rive, exposition personnelle, Café Vert, Le Pré-Saint-Gervais

Portes Ouvertes des Ateliers des ABA, site Glacière, Paris 13e

2017

Etat organique, exposition collective, galerie Abstract Project
, 5 rue des immeubles industriels, Paris 11e

Galerie Abstract Project

2017

Portes Ouvertes ABA 2019
Lil'Art 2019 Elsa Letellier

2019

+33 6 60 95 02 06

Contact Me

 © 2019 by Elsa Letellier

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon
  • Grey Vimeo Icon